activites/securite-renseignement-surveillance-et-obeissance-apres-snowden--conference-de-didier-bigo
bandeau UL
École supérieure d’études internationales

Mercredi 8 octobre 2014 de 11 h 45 à 13 h

Sécurité, renseignement, surveillance et obéissance après Snowden - conférence de Didier Bigo

Lieu : * CHANGEMENT DE SALLE * Maintenant à la salle 3A du Pavillon Charles-de Koninck, Université Laval

Activité proposée par le Centre sur la sécurité internationale (CSI).

ENTREVUE de Didier Bigo, après sa conférence, à l'antenne de Radio-Canada
(Dans l'audio-fil, choisir 15h41; l'entrevue dure 12 minutes)

 

La conférence a évoqué quatre controverses centrales autour des questions de sécurité, de renseignement, de surveillance et d’obéissance. La première porte sur la notion de surveillance à « grande échelle » dans le recueil des données et leur traitement. En quoi les capacités actuelles de collecte, de rétention et de traitement via des logiciels de profilage de ces données reconfigurent-elles les logiques de surveillance et les connecte-t-elle aux pratiques de renseignement et d’espionage ?
La seconde porte sur la justification de ces technologies au regard des motifs traditionnels invoqués par les États (lutte antiterroriste et lutte contre le crime organisé notamment). Les rapports récents sont revenus sur la distinction entre activités de lutte contre le crime et activités d’espionnage et d’espionnage industriel. Les échanges de données entre services à l’échelle internationale ont été conduits en fonction du premier critère au nom de la solidarité contre le terrorisme et le crime organisé à l’échelle globale, mais qu’en est-il si le second entre en jeu ? Cela remet-il en cause les échanges entre services alliés ? Les questions de souveraineté et d’alliance apparaissent cruciales si la raison d’Etat se décline maintenant transnationalement et non plus au sein d’un seul gouvernement qui pourrait décider seul des impératifs de sécurité nationale.
La troisième porte sur les qualités intrinsèques des régimes démocratiques et sur ce qui fonde la différence avec les régimes autoritaires et totalitaires. Comment assurer le respect des droits fondamentaux lorsque la collecte en vrac de données personnelles de larges groupes de population est fondée en partie sur des échanges transnationaux entre services de renseignement ? Quelles sont les normes éthiques internes aux services à respecter lors de la surveillance, indépendamment du contrôle a posteriori ? Quelle éthique professionnelle est nécessaire quand on agit en secret ? Comment maintenir cette éthique lorsque l’échange d’information est à l’échelle transnationale et implique des services pouvant avoir des intérêts différents?
Enfin la quatrième concerne les sanctions pratiques et les changements de régulation de ces échanges transnationaux de données qui interrogent la portée du secret et de la notion de sécurité nationale des États dans le cadre des alliances et groupements régionaux auxquels ils appartiennent.

Conférencier : Didier Bigo est maître de conférences des universités à Sciences Po depuis 1988 et professeur à King’s College à Londres. Il est rédacteur en chef de la revue trimestrielle Cultures & conflits depuis sa création en 1990 et co-rédacteur en chef de la revue International Political Sociology de l’International studies association. Président du Centre d’études sur les conflits, il a été coordonnateur scientifique du projet européen Challenge.

Ses recherches portent sur la sociologie de la mobilisation et des conflits, la sociologie des polices et des armées au niveau européen, la théorie des relations internationales ainsi que sur la relation entre conflits et sécurité (extérieurs et intérieurs). Il s'intéresse particulièrement aux liens entre sécurité et liberté (marqueurs biométriques, bases de données), aux politiques antiterroristes européennes, au développement de la sécurité interne et externe ainsi qu'aux migrants et réfugiés en Europe.

Inscription obligatoire : communication@hei.ulaval.ca

Information : communication@hei.ulaval.ca

 

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP). Tous droits réservés. © 2016 Université Laval
Panneau d'administration