activites/territoires-versus-reseaux-les-nouveaux-enjeux-de-la-politique-de-leau-en-france-et-en-europe--conference-de-forage
bandeau UL
École supérieure d’études internationales

Mercredi 14 janvier 2015 à 11 h 30

Territoires versus réseaux : les nouveaux enjeux de la politique de l'eau en France et en Europe - conférence de FORAGE

Lieu : Salle 2419, Pavillon Charles-De Koninck, Université Laval

Conférence d'Alexandre Brun, organisée par le Forum d'analyses géopolitiques des ressources naturelles - FORAGE.

Le conférencier : Alexandre Brun est maître de conférences au Département de géographie et d'aménagement à l'Université Paul-Valéry Montpellier III et membre de l'unité mixte de recherche 5281 « Acteurs, ressources et territoires dans le développement » du CNRS. Il est également coresponsable du master « Urbanisme et projets de territoires » et collabore avec les équipes de l'Université Laval sur l'eau.

Résumé : Depuis l'adoption de la première loi sur l'eau en 1964, le "modèle" de gestion de l'eau en France repose sur deux principes clefs. Il s'agit d'une part de la gestion par bassin versant et d'autre part du principe "pollueur payeur". Le législateur, en France d'abord, puis en Europe, a depuis développé des dispositifs contractuels de programmations financière et technique (années 1980 et 1990) et des outils de planification (années 1990 et 2000). Dans ce cadre, la logique qui a prévalu jusqu'à présent relève d'une approche largement territorialisée (gestion par bassin et sous bassin, protection des espaces, des périmètres de captage, etc.).

Cette forme d'action publique est désormais remise en cause car les résultats obtenus par les pouvoirs publics - au prix de coûteux programmes de "reconquête" de la qualité de l'eau -   ne sont pas à la hauteur des objectifs affichés dans les années 1960. Sous l'impulsion du Grenelle de l'Environnement en France et d'initiatives associatives ou gouvernementales ailleurs en Europe, un "modèle" mixte de gestion de l'eau semble émerger. Celui-ci renvoie moins à l'idée des territoires protégés (mais isolés les uns des autres) qu'à celle de restaurer des continuités écologiques. Reste que le chantier de la renaturation tarde à démarrer tant les enjeux sont importants et les opposants structurés, dans une Europe occidentale où les infrastructures linéaires et les grands équipements (barrages, etc.) fragmentent presque partout les réseaux écologiques.

Information : FORAGE@hei.ulaval.ca

 

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP). Tous droits réservés. © 2016 Université Laval
Panneau d'administration