lecole-superieure-detudes-internationales-voit-le-jour--adieu-hei
bandeau UL
École supérieure d’études internationales

Jeudi 4 avril 2019

L'École supérieure d'études internationales voit le jour

Le 27 mars, une page s'est tournée aux HEI : lors d'un vote du Conseil d'administration de l'Université Laval, l'Institut a cédé la place à l'École supérieure d'études internationales, qui est assortie du Département interdisciplinaire en études internationales.

Comme l'explique Louis Bélangerdirecteur sortant des HEI et directeur par intérim de l’École : «Les modifications apportées à la structure organisationnelle des HEI étaient devenues nécessaires en raison de la concurrence grandissante amenée par la multiplication, ces dernières années, d’écoles supérieures spécialisées en études internationales dans les universités canadiennes, mais aussi à l’étranger ».

Pour naviguer dans cette concurrence, il fallait obtenir un statut d'école supérieure et se pourvoir d'une unité avec ses propres professeurs. « Cette unité sera ancrée administrativement à la Faculté des sciences sociales, mais elle sera gouvernée par les six facultés partenaires, ce qui constitue une expérience de collaboration interdisciplinaire inédite.  Contrairement à un département ou à une école, un institut ne peut avoir de professeurs rattachés. Tous les enseignants des HEI proviennent des facultés partenaires. La création du nouveau département permettra l’embauche de professeurs qui se distinguent par l’approche interdisciplinaire qu’ils ont développée. Ce corps professoral propre viendra en appui au contingent d’enseignants déjà présent aux HEI. Les HEI 2.0 favoriseront le passage à un niveau supérieur de collaborations.»

Comme le rappelle Yvon Larose, journaliste au Fil, « les HEI ont vu le jour en 1994. Au fil des ans, l’Institut s’est affirmé comme l’un des meilleurs pour former ceux et celles qui comptent faire carrière dans la diplomatie ou dans une autre profession à vocation internationale. Dès ses débuts, l’Institut innovait en créant une infrastructure d’enseignement et de recherche interdisciplinaires inédite. Ce nouveau modèle intégrait la coordination de la recherche et des programmes d’études aux cycles supérieurs. Il a permis à l’Université Laval d’assurer un leadership indéniable en études internationales au Québec comme au Canada. Son offre de formation comprend un programme de doctorat, quatre programmes de maîtrise et un microprogramme de niveau maîtrise.»

«La qualité de nos formations professionnalisantes en études internationales est largement reconnue à l’échelle canadienne et au-delà, affirme Louis Bélanger. Chacune de nos cohortes comprend entre 30% et 40% d’étudiants étrangers. Nous figurons parmi les meilleurs au Canada dans les classements internationaux. Nous alimentons de façon importante la diplomatie québécoise et canadienne ainsi que les ministères et autres employeurs à vocation internationale.»

La nouvelle école, grâce à ses ressources professorales rattachées, aura la possibilité d’intégrer les rangs de l’Association of Professional Schools of International Affairs. La presque totalité des grandes écoles de diplomatie et de relations internationales au monde en fait partie.

Louis Bélanger  conclut : «Ce mouvement vient reconnaître qu’il faut, tant en enseignement qu’en recherche, approcher les grandes questions internationales, tous les grands enjeux de l’heure comme le réchauffement climatique ou les négociations commerciales, dans une perspective franchement interdisciplinaire, dans leurs dimensions juridique, économique et politique.»

 

 

 

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP). Tous droits réservés. © 2016 Université Laval
Panneau d'administration